KelvinLa couleur de la lumière

La couleur de la lumière peut être mesurée grâce à sa température, qui s’exprime en kelvins (K).

La couleur de la lumière

Si sa valeur en kelvins est faible, la lumière comporte une part de rouge plus importante et est donc plus chaude. Plus sa valeur est élevée, plus sa part de bleu est importante, et plus la lumière est froide.

Les armoires-miroirs Schneider dotées du Tunable White, une fonction de réglage de la couleur de la lumière, sont uniques sur le marché. Leur spectre lumineux très large s’étend de 2000 K à 6500 K. Pratiquement aucun autre fabricant ne propose des armoires-miroirs et des miroirs lumineux dont la couleur de la lumière peut être modifiée à ce point.

LumenLe flux lumineux

L’intensité lumineuse est également appelée flux lumineux. Il se mesure en lumens, et ce, directement au niveau de la lampe. Plus la valeur en lumens d’une source de lumière est élevée, plus la lampe émet une lumière claire.

L’éclairage à LED moderne intégré aux armoires-miroirs Schneider est bien plus performant tout en étant bien moins énergivore que les tubes fluorescents ou les lampes à incandescence classiques. Vos lampes à LED atteignent environ 130 lumens par watt; à titre de comparaison, une lampe à incandescence de 100 watts n’atteint approximativement que 15 lumens par watt. Ainsi, par rapport aux lampes classiques, vous pouvez réduire vos frais d’électricité de 50 %, tout en bénéficiant d’un flux lumineux maximal bien plus clair.

LuxL’éclairement lumineux

On peut comparer le flux lumineux d’une ampoule – donné donc en lumens – au flux d’eau qui sort d’une douche. Plus on éloigne sa main de la douche, et moins la main reçoit d’eau. De même, plus on éloigne son livre de la lampe de chevet, et moins il y a de lumière pour lire. Le lumen n’est donc pas l’unité qui convient pour décrire, par exemple, le confort visuel d’une place de travail. Il faut faire appel au lux (lx), une unité de mesure de l’éclairement, qui décrit le flux lumineux reçu par unité de surface: "Un lux est l’éclairement d’une surface qui reçoit, d’une manière uniformément répartie, un flux lumineux d’un lumen par mètre carré" (définition scientifique). Pour reprendre l’exemple de la douche, cela indique combien d’eau arrive sur la main.

Nos yeux peuvent s’accommoder de niveaux d’éclairement très variables, de 100’000 lux pour une journée de soleil estivale, à moins de 1 lux pour une nuit de pleine lune. Un couloir ou un escalier reçoit généralement 100 lux, la salle de bains et les WC sont à 200 lux, les pièces à vivre vont de 100 à 400 lux, et les places de travail de 200 à 800 lux. Plus le travail demande de précision, plus il lui faut d’éclairement.

La question fondamentale est de définir le niveau d’éclairage nécessaire dans une pièce (salle de bains par exemple), et pour quelle activité (se raser, se maquiller ou se brosser les dents).

Partant du principe que le coin le plus sombre de la salle de bains doit recevoir au minimum 200 lux, nous avons simulé – à puissance maximale de l’éclairage – en fonction de la taille et de la couleur des matériaux de la salle de bains, quelles armoires-miroir peuvent être installées et fournir suffisamment de lux, pour pouvoir se passer d’une source de lumière supplémentaire (éclairage au plafond par exemple). Vous trouverez toutes les réponses dans la brochure à télécharger ci-dessous.

PDF Download